Conseil de l’éducation nationale

Compte rendu du CEN (Conseil de l’Education Nationale) du 6/05/20

COMPTE RENDU du CONSEIL ACADÉMIQUE DE L’ÉDUCATION NATIONAL EN VISIOCONFÉRENCE du mercredi 6 mai 2020


Le Préfet préside la réunion. Le Recteur est présent ainsi que le Secrétaire Général et le DASEN.
36 présents : représentants du Conseil départemental, des mairies, des personnels de l’Éducation nationale, des associations de parents d’élèves….

Le Préfet introduit la séance pour expliquer que la situation sanitaire dans notre département autorise la reprise des cours lors du déconfinement et devrait la faciliter ! Il réaffirme la réouverture le 14 mai pour les enseignants et le 18 pour les élèves du 1er degré et du collège et le 2 juin pour les élèves du lycée. Il remercie tous les enseignants et les personnels pour leur engagement sans faille ainsi que les parents.
Le 14 et le 15 mai seront consacrés à la pré-rentrée des enseignants.
Le déconfinement sera progressif dans le respect d’un cadre sanitaire strict.
Le Recteur rappelle qu’aujourd’hui nous sommes là pour échanger sur la reprise. Le fait que la Réunion soit en zone verte et que nous dénombrons peu de cas de COVID-19 favorise les conditions de cette reprise. Le cadre sanitaire a pour objectif de garantir la santé et la sécurité de tous. Il rappelle l’obligation d’instruction de toutes et tous.
Il remercie lui aussi l’ensemble des personnels. Il explique qu’un travail constant est fait avec les principaux de collège et le conseil départemental pour préparer cette rentrée progressive.
Il précise que l’accueil est organisé comme suit :
– dans la classe
– en étude
– à la maison
– activités d’accueil organisé : dispositif : 2S2C
Les élèves accueillis peuvent être des élèves fragilisés par la situation (déconnectés, décrocheurs,..), les enfants des personnels prioritaires, … Le niveau des élèves sera très hétérogène.

– Report de la reprise
La date est confirmée et retenue. L’ouverture des écoles est progressive. Tout mettre en œuvre pour que cette réouverture réussisse. 43 sites ont su accueillir les élèves, il faut le poursuivre ! Pour les communes qui font acte de difficultés, si le 18 la réouverture de toutes les écoles n’est pas possible la configuration en place pendant le confinement sera maintenue.
Si la rentrée devait se faire en août, il y aurait eu 8 semaines sans présence des enseignant.e.s face aux élèves.

– Protocole sanitaire
Il est lourd à mettre en place, certaines municipalités sont en difficulté.
11 mairies ont annoncé qu’elles n’ouvriraient pas. Un accompagnement de la préfecture est-il envisageable ?
L’état est au côté des communes. Il y a un engagement de l’État auprès des maires et réciproquement.. Chaque mairie a mis une cellule d’anticipation pour préparer la reprise où les échanges avec les IEN de circonscription sont réguliers.
Tous les enfants ne retourneront pas à l’école le 18 ! L’objectif est de mettre en place une dynamique pour se diriger vers une réouverture totale.
Les échanges d’expériences avec les maires vont permettre d’évoluer.

-Validation du protocole
Comment s’assurer que les classes ont été nettoyées, désinfectées ? qu’il y aura toutes les conditions de sécurité pour ouvrir les établissements ? Qui est responsable de l’ouverture ?
Si le protocole n’est pas respecté, l’école n’ouvre pas. L’État se substituera pour ce qui est de la responsabilité. Un personnel ne peut être attaqué que s’il met délibérément les élèves ou ses collègues en danger.
Le respect de protocole sanitaire est à la charge du maire et des collectivités.
Si la-le directrice-teur, le chef d’établissement estiment que le respect du protocole n’est pas tenu, elles-ils informeront la hiérarchie.
L’académie interviendra. Si une école et un collège sont ouverts c’est que le protocole est respecté.
Un plan de reprise sera présenté la semaine prochaine école par école et collège par collège.

-Informations aux parents
A partir du 11 mai, la situation des écoles qui sont ouvertes dès le 18 sera sur le site académique et sera actualisée au fur et à mesure de l’évolution de la situation.
Une vidéo à destination des parents en langue créole et en français sur l’organisation est en cours de réalisation.

-Test de dépistage des enseignants
Il faudrait des tests tous les 2 jours, ce n’est pas possible. La stratégie de dépistage a été mise en place par l’ARS en liaison avec la communauté médicale de la Réunion. Ce sont les instances médicales qui fixent le cadre médical.

– Accueil en maternelle
La distanciation physique est impossible avec des élèves très remuants. La rentrée est prématurée, un report en août peut-il être envisagé ? Non mais les groupes d’élèves seront à effectifs très réduits. Les enseignants porteront obligatoirement un masque. Si il n’y a pas une ASEM par classe, il y en a dans toutes les écoles et donc, si un enfant doit se rendre aux toilettes il peut être accompagné et le reste du groupe surveillé. Une formation aux gestes barrières est prévue aussi pour les enfants par des jeux pour apprendre à se laver les mains, respecter les gestes barrière…

– Accueil des élèves en situation de handicap
Recensement des familles par le biais des différents réseaux qui gravitent autour d’elles. Tous les enfants ne pourront être accueillis, et ceux qui le seront devront être accompagnés par des AESH. Les conditions d’accueil dans les ULIS et les UE sont les mêmes que dans les autres établissements.

– AESH et conditions de leur travail : page 7 du protocole. Les problèmes de distanciation physique rendent les masques obligatoires.
Auront-ils des gants ? Sur blouse ? Des équipements spécifiques ? Ce n’est pas encore fixé.

– Organisation pédagogique :
15 élèves par classe maximum. Chaque établissement aura son organisation spécifique selon sa configuration. Les enseignants de santé fragile seront en confinement et travailleront à domicile. Tous les autres sont en présentiel. Les chefs d’établissement doivent organiser le présentiel et le distanciel. Il doit y avoir des emplois du temps élaborés en fonction des enfants accueillis et des personnels présents. Le parcours des élèves doit être évalué et en fonction, les décisions de présence ou de distanciel seront prises et le choix des enseignements élaboré. Pour les collèges, les professeurs principaux seront sollicités. Dans un premier temps, des évaluations diagnostiques seront proposées afin de permettre une adaptation pédagogique. Elles sont en cours d’élaboration.
Des Conseils d’Administration et des Conseils d’École exceptionnels auront lieu avant la rentrée. Ils seront chargés de faire le point sur le Plan de Reprise de l’Activité et l’ajustement des scenarii. Ils n’ont pas à se prononcer sur une ouverture ou une fermeture de l’établissement.
Un message de la DRH va être expédié aux chefs d’établissement et aux IEN sur l’organisation de ces consultations.
L’organisation répond à l’ordonnance du 23 mars qui permet de faire des instances exceptionnelles avec un seul point à l’ordre du jour : plan de reprise d’activité. Si d’autres points devaient être traités, cela se fait dans un second temps dans un cadre réglementaire habituel.

Lycée
– Les conseils de classe du 3ème trimestre sont particulièrement importants puisque les notes validées seront celles retenues pour les examens. Les dates des examens se feront sur le même calendrier que d’habitude avec des dates du Bac au-delà du 4/07.
Les conseils se feront-ils en visio ou en présentiel ? C’est de la responsabilité du chef d’établissement. Si en présentiel, il faudra s’assurer du respect de protocole sanitaire.

Le préfet conclue en rappelant l’importance de ce CEN. En effet, dans cette situation de crise beaucoup de décisions ont été prises dans l’urgence, sur des situations inédites. Il était donc temps de faire le point avec les partenaires.
Dans le chemin du déconfinement, il faut reprendre le travail, rouvrir les commerces, les entreprises. Il était difficile de voir l’école rester à l’écart de ce mouvement. Le déconfinement doit être prudent, progressif et maîtrisé et selon l’évolution de l’épidémie, revoir les décisions. Il faudra de même, poursuivre ces réunions exceptionnelles… jusqu’au jour où on pourra réunir un CAEN en conditions normales.