DÉCLARATION LIMINAIRE CAPA Hors Classe 2019 du 5-06-19

Dans la voie professionnelle, à la prochaine rentrée, la réforme se met en place. Le constat global des PLP est que les élèves seront moins bien formé·es. La diminution des heures d’enseignement et l’instauration de dispositifs tels que les familles de métiers, la co-intervention ou le chef d’œuvre entraîneront une diminution des connaissances, savoirs, savoir-faire et gestes professionnels enseignés. Pour cette mise en œuvre, les personnels sont sommés de mettre en place rapidement et sans réelle formation la réforme. Les réunions mises en place dans notre académie ont le mérite d’exister mais ne répondent pas aux besoins des personnels. De plus, alors qu’il est demandé de faire du travail collectif, aucune possibilité de réunions de concertation régulières n’est prévue dans les textes et dépendront du bon vouloir des chefs d’établissement. Les PLP vont voir leurs conditions de travail fortement dégradées dans un contexte global où elles étaient déjà difficiles. Le SNUEP-FSU rappelle son opposition à cette réforme.

Est-ce le stress de l’organisation de ces réformes qui provoquent une rigidification des relations entre les personnels de direction et les enseignants. Est-il utile de refuser le suivi de classe systématiquement, de ne pas fournir de fiche de vœux, d’être coercitif sur la participation aux réunions, de multiplier les exigences… en cette période de profonds changements ? De nombreux PLP sont en situation de questionnement sur le bien fondé de leur métier, sur leur capacité d’adaptation aux demandes sans cesse renouvelées qui leur sont faites et, de facto, sur la possibilité de renoncer à leur métier. La bienveillance prônée pour les élèves depuis plusieurs années n’est toujours pas appliquée aux enseignants, accusés de tous les maux -trop exigeants, trop sévères, pédagogie non adaptée, mauvaise évaluation des élèves, jamais assez disponibles, contacts avec la direction insuffisants, manque de projets,…- la liste n’est pas exhaustive. Il faut donc être tous en bonne santé, sans enfant, sans vie de famille, joignable H24, réactif, créatif mais malléable… enfin vous comprendrez que la quadrature du cercle est telle que beaucoup d’entre nous s’y perdent. Autre leitmotiv, l’exemplarité que notre Ministre nous impose dans sa loi pour l’École. Que devons nous entendre par ce mot, quels concepts ou valeurs recouvre-il ? Et surtout, ce mot s’applique-t-il en dehors du corps enseignant quand on voit dans certains établissements les «exemples» donnés par les personnels d’encadrement. Il serait urgent de prendre en compte le désarroi de nombreuses équipes et mettre en place un accompagnement plutôt qu’un management autoritaire.

Concernant la promotion à la hors classe, le protocole PPCR acte que les personnels partent à la retraite au moins à la hors classe sauf cas exceptionnels. Pourtant des problèmes persistent et 15 PLP au 11ème échelon ne sont pas promus dont certains sont proches de la retraite. Nous notons que plusieurs d’entre eux ont des problèmes de santé… ceci explique-t-il cela ? Ces avis prennent-ils en compte la totalité de la carrière comme prévu dans le BO ou seulement les quelques dernières années ? Les barèmes actuels ne favorisent pas encore suffisamment les enseignant·es parvenu·es aux échelons 10 et 11 par rapport à ceux de l’échelon 9 avec un avis excellent. Que pensez des avis «à consolider» portés par les seuls 10 et 11ème et pas les 9ème  ?

De plus, il serait souhaitable d’ouvrir la possibilité d’une révision à la hausse des avis en CAPA aujourd’hui afin de permettre la promotion de nos collègues proches de la retraite qui ne sont pas proposés. Par ailleurs, cette révision des avis doit être introduite dans les textes afin de donner une perspective de progression dans l’exercice du métier, qui n’est aujourd’hui pas reconnue en raison de l’avis figé au-delà du rendez-vous de carrière du 9eme échelon.

Le SNUEP-FSU revendique une véritable revalorisation passant par la suppression de la hors classe et de la classe exceptionnelle ainsi que la refonte des grilles indiciaires en une échelle unique sur 13 échelons à l’indice terminal 1063. Le SNUEP-FSU veillera à ce que les disciplines et les femmes ne soient pas lésées et continuera à combattre toutes les tentatives de promotion dite au mérite pour permettre l’accès au grade de la hors classe de l’ensemble des collègues au 11ème échelon, en attachant un intérêt particulier à ceux proches d’un départ à la retraite.

Aujourd’hui, comme lors du Groupe de travail des vœux et barèmes du mouvement Intra, le SNUEP-FSU déplore la suppression annoncée des commissions paritaires car les opérations de carrière vont aller vers l’opacité des décisions, la multiplication des erreurs. Et bien sur, au détriment de tous les personnels.

Laisser un commentaire